Nov 23

Trail de l’améthyste 2017

[vc_row][vc_column][vc_tta_tabs][vc_tta_section title= »12 KM » tab_id= »1453988050324-366a8cb2-2f74″][vc_column_text]

Un parcours de 12 kms pour un dénivelé positif de 500 mètres, accessible à tous sur le plan technique, mais néanmoins exigeant.

Un parcours encore plus attractif de bout en bout par sa grande variété de paysages, ses passages en sous-bois, la succession de côtes et descentes, et ses parties successivement techniques ou agréables à courir.

La nature en folie du mois de mai vous offrira le meilleur de la course nature.

EN QUELQUES CHIFFRES

Dénivelé positif : 500 m

Altitude de depart et d’arrivée : 455 m

Altidude Maxi : 670 m

Altitude Mini : 450 m

LE PARCOURS 2016

11Kms

P_amethyste11Kms

[/vc_column_text][/vc_tta_section][vc_tta_section title= »21 KM » tab_id= »1453988050389-5dff6245-3182″][vc_column_text]Un beau parcours tout sauf monotone de 21 kms pour un dénivelé positif de 850 m, qui a enchanté les vrais amateurs de trail. Le profil du tracé qui vous est donné ci-dessous vous dit tout : escarpé et « agité » du début à la fin. Le Livradois ne va pas s’offir à vous sans vous demander de donner de votre personne.

 

Ce parcours vous fera découvrir des sections hors pistes, techniques et ludiques pour admirer le massif du Sancy et le Puy de Dôme . Plus escarpé et moins roulant que le parcours 2014, il éveillera à chaque instant les sens du trailer. Un vrai plaisir de courir vous attend au cœur d’une nature en pleine effervescence et de magnifiques paysages.

en quelques chiffres

Dénivelé positif : 850 m

Altitude de depart et d’arrivée : 451 m

Altidude Maxi : 738 m

Altitude Mini : 448 m

LE PARCOURS

Télécharger le parcours au format GPX ou au format KML (Google Earth)
(Clic droit puis « Enregistrer le lien sous »)

Cliquez sur l’image pour télécharger ou imprimer le parcours

25Kms

P_amethyste25Kms[/vc_column_text][/vc_tta_section][vc_tta_section title= »42 KM » tab_id= »1453988221286-77d1d819-d1b4″][vc_column_text]Un trail de 42 kilomètres, au profil « agité », pour un dénivelé de 1700 mètres. Vous rejoindrez les hauteurs du Livradois par des sentiers escarpés avec des vues somptueuses sur le massif du Sancy et le Puy-de-Dôme avant de redescendre sur Sauxillanges.

Ce parcours, très varié dans son tracé, va tenir éveillé le trailer du début à la fin. Les 10 premiers kms sont assez escarpés, pour donner le ton.

Le trail offre aux coureurs encore plus de proximité avec la nature. Attention, prudence dans l’effort, les 9 derniers kilomètres rendront la fin plus technique.

en quelques chiffres

Dénivelé positif : 1700 m

Altitude de depart et d’arrivée : 463 m

Altidude Maxi : 855 m

Altitude Mini : 449 m

Le Parcours

Télécharger le parcours au format GPX ou au format KML (Google Earth)
(Clic droit puis « Enregistrer le lien sous »)

Cliquez sur l’image pour télécharger ou imprimer un parcours plus détaillé

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_tabs][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Une solution économique pour vous y rendre ??? Pensez co-voiturage

logo-cariocar

Le covoiturage des passionnés

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Nov 18

Maillot Base de Zoomyn

[vc_row][vc_column][vc_column_text]zoomyn-logo

 

Salut à tous,

J’ai eu l’occasion de tester le maillot Base de chez Zoomyn!

Effectivement, ce maillot semble basique, mais dès qu’on l’enfile, c’est top, ultra respirant, léger!

A première vue, le tissu est simple, peut être une crainte pour les sensibles tétons des garçons, mais en fait, il y a comme une membrane  à l’intérieur qui est hyper douce et qui ne frotte pas sur la peau!

base-maillot-de-trail-running-homme

Le petit zip est toujours pratique, il descend bien sur le dos, il laisse libre le mouvement des bras! Pour trouver des poches, il faudra aller sur le modèle Atom.

Un bon investissement pour s’équiper pour tous types de sorties.

De plus, la démarche est louable puisque Jérome coopère avec beaucoup de clubs et d’associations afin de personnaliser ses maillots, devis sur demande!

Et en plus, il privilégie les circuits courts, et ça on aime chez les Traileurs!

#Zoomyn #Lestraileurs[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Nov 18

veste salomon 3L sense ultra

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Salut,

J’ai depuis quelques semaines, un nouveau partenaire pour mes sorties, la veste Salomon Sense ultra 3L

Idéale pour les petites sorties ou meme les trails qui comportent des zones de ravitos.

Vous pouvez très largement y mettre votre frontale, vos clés, votre « MP3 », vos barres et les flasks de 500Ml chacune sont faciles d’accès. Sans oublier,la petite veste de pluie dans le dos, une visière, bref, c’est nickel!

Pour les plus rapides, elle sera le partenaire optimum pour des courses telles que la Saintélyon.

2 poches zippées sur les flancs qui ne gênent pas le mouvement des bras, accessibles.

logo_salomon

Certes, je l’ai pris en XL, par rapport à ma morphologie, et elle sait vraiment se faire oublier.

Ses nombreuses poches filets servent vraiment lors de sorties « OFF » longues.

Elle passe en machine et sèche hyper rapidement, c’est un plus par rapport à des sacs d’hydratation plus conventionnels.

Je vous la recommande, sans hésiter.

Fanfan[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Nov 18

Test Brooks Ghost 8 by Yohann

[vc_row][vc_column][vc_column_text]brooks-ghost-8

Salut à tous,

Yohann a testé la Brooks Ghost 8, et voilà son avis!

Profil: 74kg, 1m80, coureur régulier, foulée universelle

Test de la chaussure Brooks Ghost 8, typée route, pointure 44

Achetée 130€

Conditions: Bitume, sec, soleil et poussière

brooks-logo_

La Ghost 8 de Brooks est une chaussure idéale pour vos sorties au quotidien, sur route où elle offre un bon amorti, comme en foret où le maintien est bon, même sur des chemins accidentés.

Je la conseille aussi bien pour le trail que pour des footings cool.

Elle n’a pas réellement de terrain de prédilection et de ce fait, elle est assez universelle. Cependant, je l’ai trouvée à son avantage sur terrain humide. Je vous la recommande.

#Brooks

#Ghost8

#Lestraileurs

brooks-ghost-8-interieur

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Oct 01

La Skyrhune by Michel « Euskal »!!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Allez je me lance!
C’est l’histoire d’un mec qui n’a pas de chance au jeu ( en même temps qui ne tente jamais sa chance ) et qui s’inscrit a une course par tirage au sort, La Skyrhune.
Et qui est dans la liste des coureurs acceptés?
C’est l’histoire d’un mec qui se blesse début juillet,un début d’aponévrose et qui , crétin, insiste en faisant 2 trails , dont un de vraie montagne fin juillet et début Aout et qui a mal a ne plus pouvoir poser le pied par terre tout le mois d’Aout. Qui compense en faisant des grosses sorties vélo, mais qui a mal. Aout passe, toujours mal! Septembre arrive, à force de massage balle de tennis, Arnica, Semelles ortho changées, bin ça commence à revenir, toujours pas de runs mais beaucoup moins de douleurs, juste au démarrage donc beaucoup d’assouplissement du pied!
Le jour arrive tout doucement, direction le Pays basque. Pour ceux qui ne connaissent pas. Sachez que :
– Les chevaux basques sont petits… C’est pas une hallucination ni le début de l’hypo! Ce sont juste des Pottoks qui sont proportionnels à la hauteur de leurs montagnes ( a ma grandeur aussi.
– Si vous voyez des mecs qui tirent la même corde! C’est pas une hallucination !!! C’est juste qu’ils font de la « Force Basque » !
Pensez y quand vous en verrez promener leurs pneus de tracteurs dans les rues!
– Quand vous serez au ravito… quand un basque vous parle, ne pensez pas que vous avez un problème d’audition et que vous êtes au bord de l’hypoglycémie. C’est juste qu’ils mettent 8 « rrrr » à chaque mot!
Le départ est donné à 14h sur la place d’Ascain, sous une grosse chaleur. Les organisateurs ont la bonne idée de faire le décompte en Basque,  impeccable! Les organisateurs font le décompte avant le départ,  en BASQUE! Un gros moment de doute avec mes voisins… on comprend rien! Il démarre de 10 ou il démarre de 5 dans son décompte???
DEPART:
ça part comme des branques, y a un prix au 1er km, y a aussi un mur jusqu’au 1er km, en fait le mur il va jusqu’à une entrée de carrière, KM 2, petite portion de plat, encore heureux que j’ai pas pris mon cardio, il me dirait  » tu es mort, arrête de suite! »
Et ça remonte, le passage au premier sommet de la course le MIRAMAR : Il y a une foule importante. J’en ai des frissons. Les gens nous reconnaissent et nous encouragent comme jamais…..les dossards avec nos noms, j’adore!
Je suis porté par le son des « Aupa, Aupa, Bonnemaison! », c’est kiffant!
Juste après ce passage au sommet on enchaîne directement sur une descente bien raide et technique et je peux enfin faire redescendre le cardio. Et on en a fait que 5, des kms.
KM 5 a KM 9 du plat, lol, par rapport au reste.
Je retrouve mon rythme mieux que tortue mais pas bien vite, la surprise c’est pas de douleur!!!!!!!
KM9, ravito, 2mn pour faire redescendre encore un peu le cardio, sans cardio à la sensation, en sortant du ravito une grosse patate, un mur, pour redescendre quasiment un toboggan, autant dire que le cardio est reparti mais le Gros morceau arrive, La Rhune!
Pendant 2km on va prendre 700 m de dénivelé!
ça pique! Le soleil tape.
On marche tous courbés en file indienne. Parfois y’en a qui ont du jus et qui relance pour gratter une place ou 2.
Mais putain c’est raide et « chuis » explosé.
Le public est toujours énorme! Ça motive!
KM14 : On arrive au sommet de la RHUNE.
C’est ambiance « Tour de France ». Du grand n’importe quoi! j’entends que l’on m’encourage par mon nom, »Aupa Aupa Bonnemaison », les cloches , les cornes, les gens qui hurlent, qui vous tapent dans le dos.
Je suis dans le dur, on me pousse, on m’encourage comme jamais.
J’ADORE!! Et ça redescend, technique, cailloux, dévers. Je passe deux ou trois fois juste à côté de la chute, mais non c’est pas le jour!!!!! Petit replat avant d’entamer un dernier coup de cul pour filer vers l’arrivée et ça descend!!!!! Je laisse les jambes faire, pas le cerveau pour réfléchir. Dernier ravito les bénévoles sont déguisés, chants basques, on continue de descendre, spectateurs sur le bord du chemin.
2km encore, que du goudron et ça descend!
YES je me dis! Erreur, le mur de la montée se transforme en toboggan en descente et là ça tape, y a des graviers sur le goudron, je sens plus trop mes cuisses, je descends sur les freins , plus trop lucide et pas envie de laisser des traces sur le goudron a 1.5 km de l’arrivée, je passe la ligne en 3h19.59! 6ème V2, pour une reprise!!!!!
Un grand merci aux centaines de spectateurs massés sur le parcours.  J’ai eu des frissons avec vos encouragements !!
Je reviendrais courir dans vos montagnes…..c’est déjà planifié!!!!
#skyrhune
#mulebar
Mulebar-gamme

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Sep 27

Nouvelle sélection by I-run pour vous les filles!!!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Spécialiste de la vente en ligne de matériel de sport, i-Run propose une sélection de produits féminins pour s’équiper lors des séances de sport. Fitness, running et trail, la marque accompagne toutes les performances !

 

En devenant le leader français, i-Run s’impose comme un incontournable de l’e-shopping pour les sportifs. L’entreprise collabore avec les meilleures marques pour satisfaire tous les besoins.

selection-i-run-filles[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Sep 27

Tanita et sa nouvelle balance connectée!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

TANITA revient avec sa nouvelle balance impédancemétrique RD 953, la plus précise du marché : Pour devenir incollable sur son poids de forme et la composition corporelle de son corps, grâce au calcul de 12 mesures : masse osseuse, musculaire, grasseuse, visérale ou encore l »IMC ou l’âge métabolique.
Dernière nouveauté, ce nouvel impédancemétre se connecte aux smartphones (Android et iPhone) grâce à son application dédiée et gratuite MY TANITA, pour plus de simplicité et un suivi optimal.

balance-connectee[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Sep 27

Redécouvrir le VTT avec l’overolt de Lapierre!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]vttae-lapierre

L’Overvolt AM Carbon est un e-VTT All-Mountain révolutionnaire qui repousse les limites connues jusqu’alors pour un VTTAE. La combinaison d’un châssis carbone léger et haut de gamme, de l’abaissement du centre de gravité et de la technologie de pointe ont donné naissance à ce petit bijou : un vrai VTTAE version All-Mountain.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Juil 29

De Cholet à St Jean Pied de Port by Alain Bréard!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Nous voulions, avec son accord, évidemment, partager la « performance » d’Alain Bréard, qui s’est lancé dans une quête!

13715965_1723965264534704_127084795448502631_n

« A un moment de ma vie,non pas que je sois malheureux,mais que j’avais besoin de me recadrer,d’une remise en question,je me suis décidé à me lancer sur un défi personnel.Depuis longtemps,j’avais en tête de faire le chemin de Compostelle. Partir d’où … Du Puy en Velay? De chez moi? Comment?

Même si cela c’était déjà fait,j’avais envie de le faire en rando/course mais sans assistance et le plus rustique qui soit. Les idées fusant et chemin faisant, j’avais trouvé ma formule. Mais ce n’était pas complet,un manque,une sensation d’égoïsme.

Puis l’idée m’ai venue de le faire pour une belle cause. Associer cela à une cause me paraissait plus juste en soit. J’avais dans mes contacts Vaincre Parkinson et en étudiant la chose,en redécouvrant la maladie,ce qui me toucha énormément,je proposais cela à Cédric … En discutant de mon projet,il accepta volontiers … Fier comme un hidalgo,j’avais plus qu’a fignoler tout cela et de prévoir la date. En discussion avec Sandra, et en parlant avec mes enfants, la date fut prise pour juillet. Le fait de le faire d’une façon très rustique, me simplifia le choix de l’équipement, et aussi de faire des portions en courant, il me fallait un sac pas trop lourd. Finalement,8 kgs et le minimum dans le sac. J’opterai pour un hamac,du rechange,le nécessaire pour l’hygiène et le tour est joué. S’il pleut,il y a les églises,les refuges et de toute façon je suis persuadé d’avoir choisi la bonne date au niveau météo. Il me reste plus qu’a voir l’itinéraire. Pas simple!!!

Je vois sur Mappy en itinéraire piéton et au bout du compte je m’y retrouve. Je fais mon trajet le plus direct qui soit, mais en passant par les petits bourgs et les petites routes. Résultat:641 kms et je recupérerai le Camino à Ostabat. Vendredi 8 juillet,demain le grand départ. Sandra s’inquiète, mes enfants aussi, mais savent aussi que oui, vraiment, je ne suis pas comme tout le monde, sans être prétentieux. J’ai certaines facultés qui font que!

Je souris dans ma barbe,mais je reconnais que je flippe un peu, certains m’attendent au tournant, croient que avec mon indice IMC je vais droit à l’échec … Motivation supplémentaire. Et je ne suis pas puceau, j’ai eu un certain niveau dans les années 90 et il me reste l’expérience. Mais il est vrai que le regard des autres dans le Maine et Loire m’a profondément blessé, ainsi que certaines paroles. A charge de revanche … Je ne suis pas rancunier, je le suis énormément,et je n’oublie jamais …

Samedi 9 juillet,  j’ai bien dormi,j’essaie de ne pas trop penser.Nous voila devant Camifolia. Sandra est émue, je le suis mais je le cache, je pense à mon fils et à ma fille qui sont chez leur maman, une pensée aussi pour Maéva et Marie,les filles de Sandra … Après les au revoir,me voila lancé … Je quitte Chemillé … J’y suis!

Je m’élance dans ma première journée,je suis heureux,libre et je pense à l’association et les Parkinsoniens. Je me dois de réussir … Au terme de cette étape de 62 kms,qui passe plutôt bien,je me retrouve à Menomblet oû tout le monde prépare la finale de l’euro … Je vais au seul commerce,un bar,et explique mon projet. Et là,a ma grande surprise,une mousse et le repas offert, un tampon sur ma crédencial spéciale Vaincre Parkinson et ma première affiche de posée.

Puis un homme vient me voir,Cyrille et me demande plus d’explication sur mon projet,que je lui donne et de ce fait me demande comment je vais dormir,du coup il m’invite a me doucher chez lui et m’offre un lit. Merci Cyrille ainsi qu’a la famille Batiot. Je ne vous oublierai pas.

Dimanche à l’aube,Cyrille m’accompagne,un revoir ainsi qu’a sa femme et me voila reparti. Je sens que la journée sera plus dure,les pieds n’aiment pas le goudron et les muscles tirent un peu. Je dois retrouver Cédric,qui vient me voir avec sa compagne et sa maman Marie à St Pompain. Comme prévu, je coupe mon portable pour économiser ma batterie … Ils chercheront à me joindre toute la matinée car ils veulent me retrouver sur le parcours …Chose hallucinante,on ne se croisera jamais et finalement,c’est le midi en rallumant mon portable que j’apprends cela … on se retrouve au bord d’une rivière pour finalement faire enfin connaissance. J’en suis très ému,mais le cache … J’ai mes premières ampoules,ça farte,je soigne ça et prends un bon bain de pieds dans cette rivière.Je dois repartir,et finalement,cela va mieux … Me voila à Coulon aprés avoir traverser une plaine à n’en plus finir.Depuis la veille,j’alterne course de 10′ et marche de 20′,ce qui est nickel,et chose étonnante,je suis plus à l’aise à courir qu’à marcher,même avec le sac.Mais la fatigue est déjà bien là. Je prendrai une place de randonneur dans un camping. Mais vue la déception de l’accueil, je ne m’attarderai sur cette soirée. Premier soir en hamac,nickel.

Je repars de bonne heure en direction de St Jean d’Angely,mais dure,très dure,j’arrive a trotter mais ne suis pas aussi à l’aise que la veille. Je me pose des questions et premiers doutes. Çà va être dure,mais en 7h j’atteints St Jean d’Angely. Je suis mort,mais je me reprends.

Je pense à la voie de Tours,j’y songe sérieusement. Je ne pourrais pas tenir que sur le goudron. Puis en visitant la ville et ses monuments,tout me renvoie au chemin,pas de hasard,je me décide et ce sera le chemin de Tours … Je repars en cours d’après midi,trop impatient d’emprunter le Camino et la c’est la renaissance,comme porté,oui vraiment,  je rencontre trois pèlerins qui seront très vite deux et faisons 12 kms ensemble. Je décide de m’arrêter à Fenioux pour mieux repartir le lendemain. Aprés une belle photo,c’est les au revoir …Ultreia Peregrinos. Ce soir je dors dans l’église …. Sympa. Je repars pour Saintes et plus, a voir,je n’ai plus la notion de kms sur le chemin, pas de topo guide, mais ce n’est pas plus mal, je recours,c’est plaisant et bcp d’émotions viennent à moi,je comprends certaines choses, les larmes me viennent … me voila à Saintes … J’y prends un casse croute et file,j’aime pas. Ensuite au vue de l’émotion,je m’arrêterai à Berneuil oû j’arriverai a me faire ouvrir l’église et en expliquant mon projet pour l’association. Ca fait sensation,surtout pour la maladie,j’en suis heureux. Le lendemain mon départ de Berneuil est plus tonique,moins mal aux pieds et les muscles se font à l’effort répété j’arrive vite à Pons(Magnifique) puis vue le retard pris a flâner dans Pons je cours plus qu’a l’accoutumé puis rejoint Mirambeau avec de très bonnes sensations physique … La l’accueil des pèlerins est plus prononcé et une personne m’offre un terrain pour y mettre mon hamac,sympa et me tamponne ma credencial,je reparle ainsi de l’association. Etape suivante plus difficile, j’alterne le bon et le moins bon,mais aujourd’hui Euskal doit passer me voir à Blaye,au bac,donc je me dois d’assurer,la rencontre est rapide,mais la connexion se fait de suite,j’adore,merci à toi l’ami. On se promet une bière dans son pays à mon arrivée. Je prends le bac et là les gens me questionnent à foison,ça fuse lol,une nouvelle occasion de parler de Vaincre Parkinson. La traversée faite je file en direction de Castelnau en Médoc et pense à mon ami Patrick. Ce soir pas de tampon,rien d’ouvert,je dors vite comme un bébé dans l’église. Le matin,les Landes s’offrent à moi,j’attaque par une piste cyclable trés agréable sous les pins.Plat, archi plat. J’alterne course marche, Ste Hélene, Saumos mais là a la sortie de Saumos je ne peux que constater le coté dangereux de la route …. pas bon et mauvais ressentis. Je décide de faire du stop et très vite je suis au Barp ou je mangerai le midi. Je repars en début d’après midi et me voila avec une patate lol et vite je suis à Belin puis j’engage pour le Muret et en fin d’après midi,un refuge s’offre a moi, je m’y arrête, l’endroit est trop beau. Le refuge pratique le Donadivo, mais la dame refuse que je donne quoique se soit car comme je fais cela pour l’association, elle trouve normale de faire un geste,merci. Et une bonne douche en prime. J’y rencontre un pèlerin qui en est à ça premiére étape et va jusqu’a St Jacques. Je le sens malade,ce qui se confirmera le lendemain. Dés l’aube nous partons ensemble,mais au bout d’une heure,je lui dis gentillement que je vais filer(l’allure est bcp trop lente). Me voila au Muret et ensuite les complications arrivent,je comprendrai le soir. Aprés le Muret,le camino empreinte les voies forestières sous les pins. Trés sympa,mais sableuses,pas du sable dure,non,du sable oû tu t’enfonces de 15 cms a chaque pas,et qui te remplis les shoes … (Brulures garanties!!) et sous 45° à mourrir. Bref j’arrive le soir à Labouheyre dans un état qui aurait fait abandonné plus d’un. Il est 20h,tout est fermé,je ne mangerai pas. Je dormirai prés d’un lavoir,au sol,plus la force de mettre mon hamac.Je prends le soin de me soigner,c’est dans un état (mes pieds). Le matin,je prends le soin de dejeuner et je repars,c’est dur,je file vers Lesperon mais des kms a nouveau de sable sous 45° me ruine,je suis un mort vivant en plein cagnard et les pieds en feu. Je me mets dans ma bulle et me conditionne,je ne sais pas comment j’avance ….Puis là,je ne me rends même pas compte que j’ai avancé autant,je tombe sur les midi à un repose pèlerins perdu sous les pins oû un couple de retraité va m’offrir le repas et l’eau. Une immense rencontre,une nouvelle fois et je réalise bcp de choses à cet instant. Je repars dans l’après midi et m’arrête au refuge de Onnesse et Laharie. Une douche s’impose,je suis seul. Le lendemain,je repars sous un autre jour,je suis mieux mais ne peux plus courir,j’ai quand même une bonne allure de marche et arrive à Taller pour midi. L’après midi je repartirai,mais il fera bien trop chaud pour atteindre Dax,je ferai ma pause du soir à Gourbera,une nouvelle fois sans manger. Une nuit bien merité avec la visite d’un hérisson très curieux mdr … Le lendemain,malgré mes pieds,j’avance a une belle allure,mais les Landes me saoulent,me fatiguent,ça tire … je rejoins St pandelon le midi et ensuite enfin autre chose que les Landes et j’arrive a Cagnotte ou on m’oblige a m’arrêter sous cette fournaise,il m’en faut peu pour accepter.

Le lendemain je fais une étape monstrueuse,plus de 50 kms dans la journée à marcher jusqu’a st Palais trés bien accueilli chez les Franciscains(j’ai apprécié).je suis trés ému car demain j’arrive à la croisée des trois voies.Je parle à nouveau de l’association et inspire le respect des personnes face à moi,j’en suis trés touché.

Je repars en direction de St Jean Pied de Port,je monte le Mont Sauveur comme un cabri et arrive a la stéle de Gibraltar … je m’écroule en larmes,j’y suis … je continue et croise des bergers Basques,de belles rencontres,je file, je file et le midi aprés Ostabat,Emmanuel me tel,cela me fera un bien fou,un mec d’une rare bonté. Et je repars direction toujours St Jean et là lorsque j’arrive à la citadelle,a la porte des pèlerins,je recraque à nouveau,très ému et fier d’être la dans la douleur et de n’avoir jamais laché oû eu l’envie d’arrêter … jamais. Je dormirai prés de la Citadelle. Mais je dois essuyer 3 orages,nuit blanche et je dois passer le col de Roncevaux demain matin,je me pose des questions,j’ai 1500 m a monter et pas dejeuné …

M’en fou à 6h pile je franchi la porte st jacques et attaques le col de nuit sous la pluie et la brume,des Coréens attaques comme des fous,d’autres partent de plus haut ….. je serai le premier a Roncevaux avant midi et sous l’émotion. Ma chérie viendra m’y retrouvé,je cacherai mon émotion bien présente. Je voulais prendre une photo au sommet avec le maillot de l’association en symbole du slogan « Courir avec le coeur pour atteindre des sommets » vue la pluie,le vent et la brume,je le ferai a Roncevaux. Je mettrai les photos ce soir ou demain et vous rendrai hommage,a vous atteints de cette maladie.

Alors oui j’en ai chier,j’ai vécu des émotions incroyable,j’ai appris sur moi,mais je l’ai fait et j’en suis fier. Chemin de vie,moi je dirai chemin de soi merci a toutes et a tous et continuons à faire connaitre Vaincre Parkinson et ensemble faisons le plus de bruit possible. »

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Juil 29

Baztandarrak Korrika by Michel « Euskal »!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Michel,  à l’occasion de sa participation au semi de Bidarrai, a testé les produits de la gamme Powerbar!

 

Samedi 23 Juillet, Bidarrai (64) pour un semi-marathon de montagne 21 kms pour 1660 D+.

baztandarrak

Matériel ok, dans mon Camel back une petite dotation Powerbar 3 gels 3 barres sympathiquement offerte par « Les Traileurs.fr ».

Utilisation planifiée de la manière suivante : 2 ravitos solides + 1 ravito uniquement liquide = 1 barre + 1 gel à chaque arrêt au stand.

Je ne sais pas si je suis un cas isolé mais je n’arrive pas à manger en marchant donc dans le camel uniquement de l’eau, boisson iso je ne supporte pas, j’ai testé lors de la Saintélyon eau + sirop d’agave et résultat vidange gastrique!

Testé également lors de l’UTDP eau + miel, pas beaucoup mieux.

powerbar les traileurs

1er arrêt au stand : gel Lime + barre Salty peanuts, gel chiant à ouvrir lorsque les mains sont humides, avec l’utilisation de bâtons mes mains étaient pas mal humides, goût et fluidité du gel vraiment bien, presque pas besoin de pousser avec de la flotte (ça change de la texture aptonia, je trouve que même Mulebar est un moins fluide.

Barre super facile à ouvrir, épaisseur surprenante, fine par rapport à ce que j’ai déjà pu tester ( Aptonia, Mulebar, Punchpower) facile à casser, on s’en met pas plein les doigts, facile à mâcher, s’avale facilement ( sans exagérer la flotte ), pas terminé ma barre au ravito, remise dans la poche du short, terminé entre ravito 1 et 2, pas abîmé dans la poche de mon short, plutôt bien de ne pas en laisser des morceaux dans la poche du short.

2eme arrêt au stand : gel Banane Strawberry + barre Gingerbread, pour le gel même constat chiant à ouvrir, gout banane pas bon, ça fait chimique ou alors mauvais souvenir d’enfance, autant je mange des tronçons de banane sur les ravitos autant là, gout banane chimique = sac poubelle au ravito, pour la barre Gingerbread, gout vraiment  sympa, barre un peu plus épaisse que la Salty peanuts, idem pour la texture plus facile à manger, moins de ‘gros morceaux’ .

3eme arrêt au stand : Gel Mango Passion + barre Goût italien, on revient pas sur le côté pratique, par contre gout très sympa, pour la barre gout Italien, gros coup de cœur pour le gout, vraiment royal, on croirait manger une pizza !!!! Encore plus fine que les 2 autres…, on la mangerait par plaisir et avec plaisir celle la, du moins dans mon cas.

1er marathon montagne, Finisher, merci aux « Traileurs.fr » et à « PowerBar ».

#Bernascom

#Powerbar

#Lestraileurs

powerbar[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Articles plus anciens «