Test Garmin Fenix 3

[vc_row][vc_column width= »2/3″][ultimate_heading main_heading= »TEST »][/ultimate_heading][vc_column_text]Pour Noel j’ai craqué.

Après 6 années de fidélité à ma montre cardio Garmin forerunner 305, je me suis offerte une Garmin Fenix 3. Il fallait que cette petite nouvelle dans la famille soit à la hauteur car j’adorais franchement ma vieille montre.

Voici donc un retour sur mes premières sorties avec ce nouveau joujou. Je ne vais pas vous faire un descriptif complet, beaucoup d’informations sont disponibles là dessus, je vais simplement vous faire mon retour de Traileuse et vous parler de ce qui m’intéresse le plus dans cette montre.

-Ok on commence par le moins bon : le prix !!

529 euros avec le cardio…le double de ma forerunner à l’époque. Je pouvais opter pour la Fenix 2 qui était 10 euros moins cher, mais elle était plus lourde et plus imposante encore que la Fenix 3.

On pourrait dire aussi que la Fenix 2 n’a pas le wifi, mais franchement ce n’est pas la priorité. Donc le choix s’est surtout fait sur l’encombrement.

Au niveau ergonomique, je l’ai trouvée plus compliquée que les anciens modèles, augmentation des possibilités et options oblige….

Pas mal d’activités sont disponibles : la course, le Trail, la course en salle (toujours intéressant pour les adeptes du tapis de course), le triathlon, le vélo, le home trainer, la natation en bassin, en eaux vives, la randonnée, le ski alpin, le ski de fond et l’ascension. On peut même en rajouter depuis le PC.

Première chose que j’ai regardé, c’est de pouvoir rentrer et programmer mes entrainements de fractionné ou de seuil. C’est le cas.

On peut même créer ses entrainements sur le pc et les charger en bloc directement dans la montre…un gain de temps précieux. Si vraiment je suis perfectionniste je peux même y rentrer mes plans d’entrainement  hebdomadaires.

 

 

 

On retrouve toutes les variables basiques telles que la vitesse moyenne et instantanée, la Fréquence cardiaque, le temps, la distance, le dénivelé cumulé, l’altitude…on trouve même la météo, un baromètre, une boussole et la température (vraiment approximative).

En fonction de ses préférences, on peut paramétrer jusqu’à 10 écrans différents affichant de 1 à 4 champs de données. Chaque écran étant visible d’un simple clic.

Gros bémol, impossible de naviguer sur son historique ou sur les paramètres pendant une activité. Moi qui aimais, pendant ma phase de récupération,  jeter un coup d’œil à la vitesse ou à la FC enregistrées durant le dernier 500m de mon fractionné…il faudra attendre la fin de l’entrainement.

Pour les Trails longs, la possibilité de passer en mode économique nous permettra de faire durer la batterie. Le GPS prendra alors la position qu’une fois par minute et non en permanence. Les données liées à la distance ou la vitesse seront alors moins instantanées. La batterie me permettant de faire 5 à 6h d’entrainement, ce mode sera nécessaire pour les Trails de plus de 50km…et oui, disons que c’est un peu comme les smartphones, beaucoup d’applications mais peu d’autonomie.

J’apprécie le suivi des activités, qui m’indique si la récupération entre deux sorties est suffisante. Bon ok, ce n’est vraiment que gadget car honnêtement on n’a pas besoin d’une montre pour savoir si on est fatigué ou non.

Pendant mes activités, grâce au Bluetooth intégré à la montre, je peux également connecter mon portable et être alertée d’un appel ou d’un sms…Heu on fait du Trail pour se vider la tête, non ? Perso, je pense que je n’en n’aurais pas l’utilité mais c’est toujours pratique pour les adeptes du portable ou les accros au boulot.

Le contrôle de la musique depuis la montre est également possible. Mais là, entre le portable, la musique et le reste…il va falloir se lever tôt pour paramétrer tout ça.

Chose plus intéressante, je peux d’un clic enregistrer ma position pour décider de revenir à ce point plus tard. Pour ceux (ou celles ?) qui comme moi ont de gros problèmes d’orientation, ça peut vraiment servir.

Je me sers également des parcours que je trouve, que je crée et que je télécharge directement sur la montre depuis les pc. Pas mal quand on ne connait pas le coin et qu’on ne sait pas où aller.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur ce modèle « le fantôme » est de retour. Le fantôme, c’est ce petit bonhomme à qui on se mesure lors d’un parcours que l’on a déjà fait. Beaucoup apprécieront. Pour ma part je l’utilise rarement.

Après plusieurs utilisations, on peut jeter un coup d’œil à la VMA qu’elle a calculée, ainsi qu’aux prédictions de temps sur un 10km, un semi-marathon et un marathon. Il est clair que c’est vraiment approximatif, et rien de vaut un test en clinique ou un test sur piste. Quant aux temps sur semi et marathon, il faudra y ajouter un entrainement adapté à l’objectif…pas de miracle.

Autre chose intéressante, en portant sa montre en dormant, elle analyse notre sommeil et nous sort un graphique des différentes phases d’agitation, de sommeil léger et de sommeil profond.

Toutes ces données sont comme d’habitude téléchargeables sur pc et comme sur les autres modèles, on peut passer nos soirées à regarder nos parcours effectués sur les cartes, à s’extasier devant les graphiques de fréquence cardiaque et à faire le point sur nos progrès.

En bref, c’est une montre qui ravira même ceux qui comme moi avaient du mal à se séparer de leur vieille mémère de 6 ans. Evidemment beaucoup de gadgets dont on ne servira surement pas… mais c’est une montre qui nous accompagnera dans toutes nos activités. Un beau joujou (à 500 euros quand même !!) qui ne demande qu’à d’être emmené partout ![/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »5907″ img_size= »full » alignment= »center »][ultimate_heading main_heading= »Profil »][/ultimate_heading][vc_column_text]Test réalisé par Audrey Bassac, membre de la Team LTR[/vc_column_text][ultimate_heading main_heading= »Conditions »][/ultimate_heading][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Sur Fanfan

Laisser un commentaire